Contrôle des installations domestiques: peut-on éviter le changement de support?

Vous êtes un fournisseur d’énergie? Alors, vous utilisez probablement le module PPM d’is-e. Il vous permet de surveiller le cycle de contrôle des installations domestiques. Les contrôles sont effectués par des entreprises privées, puis vous saisissez les résultats dans PPM. Un véritable va-et-vient. Peut-on éviter le changement de support? Bien sûr! Retour d’expérience.

Nous avons rendu visite à l’entreprise St. Gallisch-Appenzellische Kraftwerke AG (SAK), l’un des premiers clients d’innosolv. Elle siège dans un énorme bâtiment rouge et gris situé près de la gare de St-Gall, reconnaissable par ses briques, arches et colonnes. Nous nous sommes demandé comment se déroule le travail avec le module PPM (management de projet et de processus) et comment il peut être utilisé encore plus efficacement. SAK utilise is-e depuis l’introduction du programme, c’est-à-dire depuis plus de vingt ans. Cela fait tout aussi longtemps que l’entreprise a recours au PPM pour le contrôle des installations domestiques.

La numérisation? C’est possible autrement!

Avec le module, SAK organise les contrôles périodiques ainsi que les contrôles finaux des bâtiments nouveaux et rénovés. L’entreprise effectue également les échantillonnages requis.

Voici quelle a été la procédure pendant longtemps:

  • SAK sommait un client pour le contrôle (1).

  • Le client mandatait un contrôleur de son choix (2).

  • Le contrôleur effectuait le contrôle (4). De nombreux contrôleurs utilisent un programme spécial pour procéder à ces contrôles – il s’agit souvent du produit ElektroForm de Brunner Informatik AG. Le programme de contrôle peut lire les données sur les clients et les objets dans is-e (3).

  • Les contrôleurs devaient toutefois imprimer le rapport de sécurité à l’aide de leur programme; ils l’envoyaient ensuite à SAK. Certains contrôleurs n’utilisaient même pas de programme. Ils envoyaient des rapports de sécurité remplis à la main.

 

Quel que soit le cas de figure, il y avait un changement de support. Cela générait un travail considérable pour SAK: les responsables devaient numériser les rapports de sécurité (Rséc) et saisir les données de contrôle dans le module PPM d’innosolv.

Déroulement schématique du contrôle des installations domestiques sans changement de support

Fini de tout taper!

L’entreprise SAK n’était pas satisfaite de cette procédure. Elle voulait un échange électronique de données sous forme de solution standard, et non individuelle. SAK a entendu parler d’innosolv par son partenaire commercial transformIT AG – elle a trouvé une oreille attentive. Car c’est exactement ce en quoi consiste notre mission: numériser les processus de nos clients. Nous avons donc développé une interface - une fonction dans is-e - qui résout le problème du changement de support. Aujourd’hui, SAK utilise également le programme ElektroForm, mais la version «EVU». Le programme des contrôleurs envoie les données de contrôle (rapport de sécurité inclus) directement à ElektroForm EVU chez SAK (5). A des fins de contrôle, ElektroForm EVU obtient également des données d’is-e (6).

 

Les données de contrôle, dont les Rséc, sont désormais transmises au PPM sans changement de support (7). Ceci est possible grâce à la fonction payante «Intégration des installateurs et contrôleurs» d’innosolv. Elle existe depuis la release 2017. L’entreprise St. Gallisch-Appenzellische Kraftwerke AG utilise la fonction depuis octobre 2017 et en est très satisfaite.

Entretien avec les collaborateurs de St. Gallisch-Appenzellische

Kraftwerke AG, St-Gall 

innosolv: Quelle est l’ampleur des économies réalisées au travail par SAK grâce à la nouvelle interface is-e?

Fabian Hug: Nous réalisons des économies considérables car il n’y a plus de changement de support. Désormais, les documents sont directement archivés dans le porte-documents. Nous économisons également parce que nous avons optimisé le déroulement du processus lors de l’introduction de l’interface.

Y a-t-il d’autres avantages?

Fabian Hug: La qualité de l’ensemble du processus s’est améliorée – il y a moins d’erreurs!

 

Quel a été le plus gros défi lors de l’introduction de la nouvelle interface?

Sybille Enzler: La communication, pour commencer: les responsables des différentes entreprises (SAK, Brunner Informatik, transformIT) ont d’abord dû s’accorder sur un langage commun, sur les termes à utiliser. Nous y sommes parvenus en organisant des réunions périodiques sur l’état de la procédure avec tous les participants.

 

Aimeriez-vous donner un conseil à d’autres fournisseurs d’énergie?

Sybille Enzler: Je conseille aux fournisseurs d’énergie de veiller dès le début à mettre en place une communication claire et compréhensible! Organisez des événements d’information pour les contrôleurs. Si vous ne jouez pas le jeu, il y aura toujours un changement de support. En outre, vous ne devriez pas sous-estimer l’ampleur du travail requis pour les tests.

 

En 2017, vous avez introduit la nouvelle interface d’is-e. Cela a généré un surcroît de travail et des dépenses au début. Comment évaluez-vous le rapport entre coûts et bénéfices?

Fabian Hug: Nous gagnons du temps et la qualité du travail s’est améliorée. Les coûts sont donc entièrement justifiés. Toutefois, nous ne pouvons pas chiffrer précisément les bénéfices.

 

Imaginons que d’autres fournisseurs d’énergie désirent utiliser l’interface: quelle quantité de travail doivent-ils prévoir?

Gerry Torda: La charge de travail est raisonnable – elle se compte plutôt en jours qu’en semaines. Trois tâches doivent être réalisées pour introduire la solution:

  1. Comparaison du déroulement du projet: ElektroForm et le PPM d’is-e doivent être accordés en ce qui concerne le déroulement du projet. D’une manière générale, il convient de vérifier scrupuleusement le déroulement du projet et de l’adapter si besoin.

  2. Configuration de l’interface: il faut installer et configurer le service Web standard d’is-e afin qu’ElektroForm EVU puisse lire les données d’is-e et les écrire selon is-e.

  3. Epuration des projets en cours: il convient d’aligner les projets ouverts existants sur les nouveaux processus. Nous nous en chargeons pour nos Clients.

Nous vous remercions de nous avoir accordé cet entretien.

Fabian Hug est un responsable spécialisé dans le contrôle des installations domestiques.

Sybille Enzler, analyste commerciale chez SAK, est chef de projet.

Gerry Torda est consultant et membre de la direction chez transformIT AG.

L’équipe de projet: Ralf Deiss (IT), Fabian Hug (responsable spécialisé CID), Sybille Enzler (gestion de projet), Hanspeter Zürcher (IT), Gerry Torda (transformIT AG)

Vous avez des questions? Renseignez-vous auprès de nous ou de votre partenaire commercial.

Alte Bildstrasse 7, 9015 Saint-Gall, Tél. 071 314 20 00, info@innosolv.ch